Déclaration de Vincent Adami, Conseil Municipal d’Audincourt du 27/09/2014

photo vincentM Vincent Adami – Conseiller Municipal Ville d’Audincourt

Monsieur le Maire,

vous proposez donc (ou vous avez voulu) que le lycée d’Audincourt s’appelle désormais lycée Nelson Mandela. Beau symbole que de donner le nom d’un établissement scolaire au militant infatigable de la lutte contre l’ignoble régime de l’apartheid en Afrique du Sud.

Beau message à la jeunesse : le courage et l’engagement peuvent triompher et le prisonnier qui a passé 25 ans de sa vie en prison, peut en sortir, voir le combat de sa vie triompher, et devenir peu de temps après le 1er président noir de la République d’Afrique du Sud

Nelson Mandela est une figure admirable et consensuelle pour tous les démocrates et défenseurs des droits de l’homme y compris à Audincourt

Cela ne fait aucun doute monsieur le Maire

Le souci Monsieur le Maire n’est pas de baptiser le lycée d’Audincourt Nelson Mandela mais de l’avoir laissé débaptiser. Lire la suite

Déclaration de Françoise Baquet Chatel Conseil d’Agglomération le 25 septembre 2014

baquet_chatel_francoise-1Mme Françoise Bacquet Chatel – Conseillère Municipale Ville de Montbéliard Conseillère Communautaire – Parti Communiste/Front de Gauche

Monsieur le Président, Mesdames Messieurs,

Par ma présence aujourd’hui, c’est le retour de la composante politique PCF Front de Gauche au sein de notre Conseil Communautaire. C’est pour nous une grande satisfaction et je suis très honorée de représenter mon parti au sein de cette assemblée.

Et même si aujourd’hui je siège seule, c’est la démocratie, je vous rappellerai encore une fois, le combat mené à Pays Montbéliard Agglomération, lors de la précédente mandature – avec mes trois camarades Yves Adami – Christian Very – Jean Jacques Carillon – pour un retour à la maîtrise publique de l’eau et pour l’abandon de la co-compostière de Fesches. Ainsi que l’engagement de tous les instants de notre vice-président sur les questions de l’emploi à la Maison de l’emploi. Lire la suite

Hommage : 50ème anniversaire de la mort de Louis GARNIER

A l’occasion du 50ème anniversaire de la mort de Louis Garnier député communiste du Doubs, la section PCF du Pays de Montbéliard organise un dépôt de gerbe sur sa tombe le :

Lundi 19 Mai à 17h15 au cimetière d’Audincourt

LOUIS GARNIERLouis Garnier né le 11 août 1916 à Lons-le-Saunier (Jura), décédé le 19 mai 1964 à Menton (Alpes-Maritimes), Député du Doubs de 1956 à 1958

La vie politique de Louis Garnier commence en 1936 au Congrès constitutif des Jeunesses Socialistes du Doubs où il se présente un rapport sur l’historique du mouvement de la Jeunesse, puis vante la croissance des effectifs (20 septembre). L’année suivante, en tant que secrétaire, il présente le rapport moral mais n’est pas réélu. Devenu employé-électricien, il adhère ensuite au Parti communiste auquel il restera fidèle toute sa vie. Arrêté en 1941 pour menées communistes, il est enfermé à Clairvaux en mars 1943 puis déporté à Mauthausen : sa santé restera profondément atteinte par cette épreuve qui explique sa mort précoce en 1964 (à l’âge de 48 ans). Après la guerre, il devient secrétaire fédéral du PC du Doubs à partir de 1948, conseiller municipal d’Audincourt et conseiller général du Doubs. Lire la suite

Fusion des Régions : le PCF parle de “délire technocratique » (Ma commune .info)

Evelyne Ternant, secrétaire régionale Franche-Comté du PCF, Jacques Bauquier, ancien membre du conseil économique social et environnemental régional, Régine Curti du PCf de Belfort et Thibaut Bise, secrétaire départemental du PCF du Doubs ©Eline

Evelyne Ternant, secrétaire régionale Franche-Comté du PCF, Jacques Bauquier, ancien membre du conseil économique social et environnemental régional, Régine Curti du PCf de Belfort et Thibaut Bise, secrétaire départemental du PCF du Doubs ©Eline

opinion et opposition

Avant la conférence de presse commune entre les présidents de région Franche-Comté et Bourgogne, Evelyne Ternant, secrétaire régionale du PCF s’est montrée beaucoup plus frileuse à une fusion des régions. Le parti communiste  de Franche-Comté se dit prêt à faire obstacle à cette réforme pour ralentir le calendrier de la fusion entre la Franche-Comté et la Bourgogne. Les communistes francs-comtois souhaitent un débat durant la campagne des régionales et appellent à un référendum.

La présidente de région Marie-Guite Dufay est très favorable à un rapprochement de la Franche-Comté avec la Bourgogne. Ce projet de fusion serait un test et permettrait d’embrayer celle des autres Régions.  Dès le mois de juin,  le projet d’une fusion serait à l’ordre du jour de l’Assemblée du conseil régional.

Evelyne Ternant estime que “les élus régionaux, qui sont en fin de mandat, n’ont pas la légitimité pour prendre une telle décision quelques mois avant les élections régionales” et appelle à un débat durant la campagne des régionales. “Le faire avant ces élections serait un déni de démocratie

“Pseudo décentralisation !”

« La diminution du nombre d’élus n’est pas un gage d’efficacité, au contraire. Diminuer des élus c’est-à-dire affaiblir la proximité pour concentrer toujours plus de pouvoir entre toujours moins de mains, cela est l’éloignement de l’appropriation des citoyens de leurs affaires publiques« . Pour Evelyne Ternant, l’objectif de cette fusion n’est pas de faire des économies, mais de mieux pouvoir appliquer des « mesures d’austérités » dans toute l’Europe.

Elle tient également à rappeler que ce ne sont pas les départements qui vont être supprimés, mais les conseils généraux : « c’est une recentralisation derrière cette pseudo décentralisation !« 

Ralentir le calendrier de la réforme en Franche-Comté

« Nous allons mettre toute notre énergie pour faire obstacle à cette accélération insensée du calendrier de la réforme en Franche-Comté« . Dans un premier temps le parti souhaite rencontrer la présidente de région Franche-Comté et le maire de Besançon. « Nous allons nous adresser chacun des 43 des élus régionaux et nous comptons sur leur sens républicain pour nous souvenir que seul le peuple est souverain pour mettre fin à 32 ans d’existence politique de la région« . Ces rencontres ont pour but d’éviter que des décisions soient prises avant la campagne des régionales.

Le PCF veut faire une campagne à l’échelle nationale pour aboutir à un référendum sur la réforme territoriale : « il faut consulter tous les citoyens sur cette réforme ».