Communiqué de presse du 12/09/13 : Un 10 septembre qui ne sonne pas la retraite

logo_pcf_fdg_cartouche_cmjnL’avalanche de mesures prises à l’encontre des salariés depuis l’élection de Hollande n’a pas eu raison de leur combativité. L’effet légitime de sidération découlant de l’accumulation de décisions totalement opposées à ses promesses de campagne n’a pas abattu les militants et/ou électeurs de gauche. Le cortège dans le Pays de Montbéliard, le plus important en Franche-Comté avec presque un millier de manifestants, du public et du privé, en est la preuve.

Le défilé Montbéliardais pouvait en tout cas frapper par sa détermination. Les slogans n’étaient clairement pas en recul par rapport à 2010. La retraite à 60 ans y est plus que jamais à l’ordre du jour ainsi que le retrait total du projet Ayrault sans qu’il soit envisagé le moindre amendement. Quelques centaines d’ouvriers de chez peugeot , salariés du secteur public, retraités, des militants communistes mais aussi socialistes et écologistes étaient particulièrement remontés contre cette réforme. « Y en a marre », « Ils n’ont pas été élus pour ça » revenaient en boucle dans les conversations de l’ensemble des manifestants.

L’habileté dont créditent Hollande beaucoup d’experts et commentateurs médiatiques trouve là sa limite. Elle dépend de ceux qui en sont l’objet, en l’occurrence ici ses victimes potentielles, c’est à dire nous tous. Mais le peuple de gauche qui l’a élu semble de plus en plus sourd aux justifications d’une politique qui ressemble fort à celle de son prédécesseur. D’autant qu’il en découvre jour après jour le contenu concret, comme la baisse des pensions à la suite du report de mars à octobre de leur revalorisation annuelle ou de la suppression de crédit d’impôt pour la scolarisation des enfants en secondaire ou en supérieur afin de permettre une diminution patronale de cotisations familiales, etc. Bref, tous les manifestants ont bien compris que les salariés et les retraités seraient les seuls contributeurs de cette nouvelle « réforme ». Que l’objectif était de leur faire payer plus, plus longtemps, pour des retraites moindres dans la seule perspective d’assurer un bon taux de profit aux rentiers. Cela devient une telle évidence qu’un journal comme Libération, peu suspect d’agressivité pourtant envers Hollande, a titré en Une, mardi, sur son portrait : « Le président des patrons ». A l’intérieur, quatre pages sont consacrées à lister les détails de son « virage » qui l’a conduit à « multiplier les cadeaux aux entreprises au détriment des ménages » avec l’aide de son ministre de l’économie Pierre Moscovici.

Personne n’a envie d’en rester là et d’attendre d’autres imitations de la politique de son prédécesseur surnommé, apprécions la différence, « le président des riches ». Les organisations syndicales vont se réunir prochainement en vue de nouvelles mobilisations. Le parti communiste et plus largement le Front de Gauche présent sur le parcours de la manifestation y répondra. Une autre politique, vraiment de gauche est possible. Et il est prêt à la mettre en œuvre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s