« Henri Alleg, honneur de notre Nation »

Image« Henri Alleg, honneur de notre Nation »

Henri Alleg vient de s’éteindre. C’est pour les communistes, mais aussi pour les peuples français et algérien, cause d’un immense chagrin.

Résistant à toutes les formes de domination et d’oppression, Henri Alleg a été du combat fondamental du XXe siècle pour l’émancipation du genre humain que fut la lutte anti-coloniale.

Arrivé en 1939 à Alger, c’est à 20 ans – en 1941 – qu’il choisit de rejoindre le Parti communiste algérien, alors illégal. Henri assuma d’importantes responsabilités à la jeunesse communiste, puis au parti avant de devenir directeur d’Alger républicain.

Le nom d’Henri Alleg demeurera irrémédiablement synonyme de vérité, de courage, de justice. Engagé pour la paix, l’indépendance et la démocratie en Algérie, Henri a été torturé et emprisonné, transféré à Rennes dont il s’était évadé en 1961.

En révélant au grand jour les atrocités commises par l’armée française en Algérie, l’auteur de La Question permit à la société française de regarder en face la vérité du pouvoir colonial qu’elle exerçait en Algérie. L’ouvrage, traduit en 28 langues, sera, à juste titre, considéré comme le « J’accuse » de notre temps. Sa conception du métier de journaliste – nourrie de son idéal – a fait honneur à notre Nation.

La place exceptionnelle d’Henri dans le combat anti-colonial et la lutte de libération nationale algérienne provient de sa faculté à défendre le droit imprescriptible des peuples à disposer d’eux-mêmes, sa faculté à partager son combat pour l’égalité entre les peuples et entre les individus.

Quelques années après son installation en France, il rejoint le PCF en 1972 et la rédaction du quotidien L’Humanité. C’est pour les communistes français, un honneur.

À cette heure, nous voulons associer à sa mémoire, celle de son épouse, Gilberte Serfaty, disparue en 2011, et avec laquelle il partageait tout ; Gilberte était elle-même une intellectuelle de grande envergure, une historienne émérite, qui rendit justice aux époux Rosenberg, et une militante extraordinaire.

Toutes nos pensées vont aux enfants d’Henri et Gilberte, à leur famille, à tous leurs proches. L’œuvre d’Henri est ineffaçable. Nous garderons de lui, plus que tout, le souvenir de sa gentillesse, de sa douceur, de sa générosité.

Pierre Laurent,secrétaire national du PCF

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s