Les élus (PCF) appellent à la mobilisation contre la loi de réforme des métropoles (vidéo)

Réunis devant l’Assemblée, ils dénoncent un « vrai danger » et lancent l’offensive estivale. Michel Beaumale, maire de Stains, Stéphane Peu, maire-adjoint de Saint-Denis et Pascal Savoldelli, vice-président du Conseil général du Val-de-Marne, témoignent pour l’Humanité.fr.

Pour Michel Beaumale, le maire de Stains (Seine-Saint-Denis), la loi de décentralisation va dégrader la vie quotidienne de ses concitoyens (voir sur YouTube).

Trois jours de débat au milieu de l’été. La recette éculée pour limiter la mobilisation des opposants à une réforme n’a pas empêché l’Association nationale des élus communistes et républicains (Anecr) de rassembler à côté du Palais Bourbon une centaine d’élus en écharpe, alors qu’à quelques dizaines de mètres dans l’Hémicycle, le projet de loi de décentralisation était examiné.

Malgré tout, la mobilisation reste limitée. La faute aux vacances d’été, mais aussi, assure Dominique Adenot, président de l’Anecr, au fait que « des centaines de conseillers municipaux ne savent même pas ce qui est en train de se préparer ». Car il s’agit d’un texte de loi long et technique. Pour Patrick Ratter, élu à Valenton (Val-de-Marne), « le gouvernement ne connaît pas la méthode scientifique du rasoir d’Ockham : entre deux voies, on choisit la plus simple ».

Selon Pascal Savoldelli, vice-président du Conseil général du Val-de-Marne, les métropoles créées vont se retrouver dans une situation financière non-viable (voir sur YouTube).

D’ailleurs, le député-maire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), Patrick Braouezec, se dit « pas certain que les parlementaires socialistes à l’origine de ce texte soient conscients qu’ils ont fabriqué un monstre ». Le Grand Paris, par exemple, pourrait selon lui conduire à recommencer l’erreur de la construction de cités comme les 4 000 à La Courneuve, si la droite venait à reprendre Paris et donc la métropole. Le président de la communauté d’agglomération Plaine commune, dans la banlieue nord de la capitale, ne croit « pas qu’on obtiendra quelque chose dans les trois jours ». Mais il appelle, comme l’Anecr, à mobiliser pendant les vacances pour « être en état de marche en septembre », quand le texte reviendra au Sénat. En attendant, pour ceux qui ne maîtrisent pas encore les enjeux du projet gouvernemental, un texte signé d’élus, de personnels communaux, d’associations, d’acteurs économiques et de citoyens sera diffusé pour faire connaître les griefs des élus en colère contre ce projet, un « monstre de Frankenstein ».

Pour Stéphane Peu, le maire-adjoint de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), les politiques de construction de logements sociaux sont menacées (voir sur YouTube).

  • Lire aussi :

Projet de loi métropoles : « Des monstres appelés métropoles » (PCF)

Métropole : un Grand Paris très mégalo

Le projet de loi renonce à la mobilisation des territoires

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s