Face à l’austérité, la résistance citoyenne

Des propositions existent pour sortir de la crise à condition d’avoir le courage de dessaisir les marchés financiers de leur pouvoir et de cesser de se plier à leur désidérata comme le promet la droite dans son projet de budget 2012, véritable saignée dans les dépenses utiles à notre pays et à notre peuple. Les membres de la fédération de Seine-Saint-Denis rappelle quelques éléments du programme partagé.

Contrairement à François Hollande, pour qui « l’enjeu est de rétablir la confiance des marchés financiers » et qui se condamne donc à n’être au mieux qu’un « Papandréou version élyséenne » en cas de succès contre Sarkozy, le Front de Gauche souhaite qu’une victoire en 2012 permette d’impulser de véritables réformes.
Après les débats feutrés et lénifiants des primaires socialistes, le Front de Gauche propose désormais à notre peuple, aux salariés et citoyens, de s’emparer du débat et de porter avant, pendant et après les prochaines échéances électorales, des axes forts de réformes efficaces contre la crise.

1. Il s’agit tout d’abord d’arrêter de diaboliser la dette publique. La dette publique est brandie par la droite comme par le PS pour justifier aujourd’hui et demain l’austérité et la baisse des dépenses publiques. Celle-ci n’est pas mauvaise en soi. Si l’argent emprunté sert à accroître les richesses réelles, relancer l’emploi, la formation et les salaires ; cela fait de la croissance durable. Cela entrainera un accroissement des recettes publiques (impôts, cotisations sociales). Ce qui permettra de rembourser l’argent emprunté !

2. Remettre en cause le recours aux marchés financiers comme mode de financement des Etats et instaurer un nouveau mode de financement des dépenses publiques par la Banque Centrale Européenne. L’euro et le crédit doivent servir à développer l’emploi et les formations, à aider les Etats et les services publics, à mieux protéger l’environnement. Il faut pour cela replacer la BCE sous le contrôle des parlements nationaux et européen.

3. Engager une véritable réforme de la fiscalité avec la création d’un impôt sur les sociétés, pénalisant les entreprises qui font de la spéculation et encourageant celles qui développent emplois-formations, qualifications. Le Front de Gauche propose d’en finir avec les cadeaux fiscaux aux entreprises et insiste sur la nécessité de taxer le capital autant que le travail. Il faut naturellement accroître l’impôt sur les grandes fortunes.

4.Taxer les transactions financières pour commencer à frapper durement les spéculateurs. Une taxe Tobin est plus que jamais nécessaire.

5. Engager une grande réforme du crédit par la création d’un pôle public bancaire et financier. En clair, une nationalisation du système bancaire avec des droits nouveaux aux salariés et aux élus est nécessaire pour changer les critères de gestion des banques et donc celui des prêts afin de pour le crédit vers la création d’emplois.

6. Créer un fonds national de sécurisation de l’emploi et de la formation avec les 30 milliards d’euros d’argent public aujourd’hui utilisés pour baisser « les charges sociales ». Qu’attend la Région Ile de France ( et les autres régions à majorité de gauche) pour créer un tel fond régional pour aider le développement de l’emploi dans les PME ?

Un article publié sur le blog du PCF-93

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s